Musique libre de droits : Le Guide ! | Linkaband ©

Musique libre de droits : Top 5 des malentendus !

Être musicien signifie que vous aurez besoin d’innombrables sources d’inspiration et d’échantillons pour mener à bien vos projets. Aujourd’hui, nous décomposons la musique libre de droits. Nous vous parlons de ce que c’est, de comment l’utiliser et où la trouver. Pour finaliser un projet musical qui n’enfreint aucune règle et sans vous ruiner !

Musique libre de droits, un homme dans un studio.

@ Linkaband

Que signifie vraiment « libre de droits » ?

Beaucoup de fausses idées circulent sur la « musique libre de droits ».

En un mot, la musique libre de droits fait référence à un type de licence musicale qui permet à l’acheteur de ne pas payer des droits d’exploitation et d’utiliser la musique aussi longtemps qu’il le souhaite. Il existe des cas de figure qui vous permettent d’acquérir gratuitement une « licence d’utilisation ».

C’est-à-dire que les auteurs, interprètes et éditeurs ont rendu leur œuvre musicale publique et autorisent son échange, son partage et sa rediffusion. Les musiques libres de droit ne sont donc pas déposées auprès des sociétés de gestion de droits d’auteur comme la SACEM ou la BMI.

Le terme « libre de droit » implique que vous ne serez pas responsable du paiement des redevances lorsque vous accordez une licence à de la musique ou à des médias. Lorsque vous accordez une licence par l’intermédiaire d’une société de médias libres de droits, cette société paie les redevances afin que vous n’ayez pas à le faire.

La seule contrainte est que la rediffusion peut se faire sous certaines conditions en fonction des licences.

Pourquoi le terme musique libre de droits porte-t-il à confusion ?

Le terme « libre de droits » prête à confusion pour plus d’une raison. En fait, cela signifie simplement « libre de droits ». Le terme s’oppose à la licence « à droits gérés » où l’acheteur paie des redevances (royalties) en fonction du nombre de fois qu’il sera utilisé ainsi que de la taille du territoire.

Avec les licences à droits gérés ou les licences « Needle Drop », vous devrez payer des frais chaque fois que la musique est utilisée ou, comme l’ancien terme s’exprimait, chaque fois que « l’aiguille tombe » sur le disque en référence aux vinyles.

6 malentendus autour de la musique de droits, chevre devant tableau.

@michalmatlon

5 malentendus autour de la musique de droits

La musique libre de droits n’est pas vraiment gratuite !

La musique libre de droits est « libre de redevances ». Vous et moi bénéficions du capitalisme depuis assez longtemps pour savoir que tout a un prix et que s’il n’y en a pas, nous sommes généralement le produit.

Certaines personnes peuvent proposer leur musique gratuitement, qu’elle soit également libre de droits ou non, mais exiger autre chose en retour.

Par exemple, un compositeur peut vous offrir sa musique gratuitement pour votre projet musical peut, à juste titre, demander d’être crédité du produit fini ou cité dans son partage. L’objectif d’un grand nombre de créateurs qui proposent des contenus libres de droits est d’étendre leur marque.

C’est normal quand on y pense : tout travail mérite salaire !

La musique libre de droits n’est pas de la musique de stock

Certaines personnes considèrent négativement ces bibliothèques comme une « musique en conserve » bon marché, ce n’est pas du tout le cas.

Comme dans un supermarché, une entreprise va vous fournir un éventail de produits pour que vous puissiez à votre tour vous lancer dans la préparation de nouvelles recettes.

La musique de stock ne fait pas dans le complet, mais offre le luxe du sur mesure. Une fois que vous aurez souscrit à un abonnement ou constitué un panier, vous pourrez utiliser librement et sans crédits vos extraits.

La musique libre de droits n’appartient pas à tout le monde

Difficile de dire qu’il existe une chose et plus particulièrement de la musique « sans droit d’auteur ». Si quelqu’un crée un morceau de musique original, il détient automatiquement le droit d’auteur pour cette musique, même si celui-ci ne s’identifie pas comme tel. Aux yeux de la loi, c’est généralement premier arrivé, premier servi.

Même les enregistrements de musique du domaine public ne sont pas libres de droits. La composition peut être libre de droits, mais pas l’enregistrement sonore ou son traitement.

Si son œuvre est utilisée pour une démarche commerciale de grande envergure, une diffusion à la télévision par exemple, le compositeur qui n’a pas renoncé à ses droits d’exécution peut se déclarer et demander une juste rémunération.

C’est aussi pour le cas d’un album ou d’un clip musical qui prend son envol. Le compositeur, en tant que titulaire du droit d’auteur, peut souhaiter recevoir ses redevances de compositeur pour l’exécution publique de sa musique.

Ignorer son statut de parent laisse libre cours aux créatifs. Mais il ne leur donne pas le droit de posséder cette musique, juste le « droit de copier ».

La musique libre de droits n’est pas un type de musique spécifique

Le terme libre de droits ne fait référence qu’à une spécificité légale. C’est un statut et non une identité. Elle englobe donc la grande pléiade de styles qui composent cet art ancestral.

Il peut s’agir de musique dans n’importe quel genre, du classique au métal en passant par la musique country. Elles ne sont donc pas reconnaissables à l’oreille.

Quand vous écoutez de la musique, vous bénéficiez d’un type de « licence musicale » à usage commercial. Cela signifie que si vous y avez eu accès par des voies honorables, vous pouvez l'écouter dans un cadre privé (votre maison, votre voiture, votre iPod).

L’usage privé est le droit que vous obtenez lorsque vous achetez un CD de musique ou payez et téléchargez votre musique depuis iTunes par exemple. Cela ne vous confère aucun droit plus large (votre site web, vos vidéos, vos diaporamas, émissions de télévision, etc.).

La musique libre de droits n’est pas de mauvaise qualité

Si toutes les musiques peuvent être autorisées en tant que musiques libres de droits, tout l’univers est concerné. Il peut donc y avoir du bon comme du mauvais.

Le choix de la licence musicale n’a strictement rien à voir avec la qualité de la musique elle-même.

Comme toujours, la qualité variera en fonction de vos goûts, de l’artiste et des bibliothèques consultées. Dans le cadre d’une recherche sur un site de diffusion gratuite, la gestion de la bibliothèque est à plaindre plus que la nature du contenu en lui-même.

La musique libre de droits peut être concédée sous licence de manière gratuite ou à n’importe quel prix. Mais celui-ci ne fait pas gage de qualité. Une musique à 0 € peut être de bien meilleure qualité d’une musique à 100 €. Cependant, mettre le prix est souvent nécessaire pour garantir un certain professionnalisme.

C’est quoi les licences Creative Commons ?

Les licences Creative Commons offrent à chacun, des créateurs individuels aux grandes institutions, un moyen normalisé d’accorder au public l’autorisation d’utiliser leur travail créatif en vertu de la loi sur le droit d’auteur.

La plupart du temps, les morceaux musicaux sous licence Creative Commons sont en open source, accessibles gratuitement, sous réserve de créditer l’artiste. Si un morceau est proposé gratuitement sur une plateforme, assurez-vous qu’elle remplit ces conditions.

Où trouver de la musique libre de droits ?

Screenshot Jamendo

Jamendo

Jamendo est une source de musique en ligne qui héberge actuellement plus de 300 000 titres dans différents formats, tous entièrement gratuits et légaux à diffuser et à télécharger ! Les nouveaux artistes peuvent y publier leur travail sous une licence Creative Commons, et vous pouvez avoir des téléchargements illimités de musique de qualité.

Vimeo Music Store

Le service d’hébergement vidéo Vimeo propose aussi un service pour trouver, découvrir et obtenir des licences de musique de haute qualité pour vos vidéos. Ils ont conçu une interface simple et intuitive pour vous permettre de rechercher facilement de la musique en utilisant une variété de critères musicaux différents, puis télécharger les morceaux que vous voulez.

Soundstripe

Soundstripe est un excellent service pour trouver et licencier de la musique libre de droits en ligne sans payer un prix élevé par chanson. Le coût des frais annuels est raisonnable et leur bibliothèque musicale de stock se compose d’un contenu de qualité avec quelque chose pour correspondre à tous les genres et humeurs.

Bensound

Sur cette plateforme vous pouvez télécharger de la musique libre de droits pour YouTube et vos projets multimédias. La qualité des pistes proposée et l’expérience utilisateur globale permettent de trouver facilement de superbes pistes musicales pour compléter leur production.

Trouver des musiques libres de droits sur YouTube

Screenshot YouTube

YouTube propose également des sélections de musiques gratuites et libres de droits. Des collections musicales de qualité et très variées, plus abouties et travaillées que les musiques proposées par sa bibliothèque. Ces chaînes recensent et organisent sous forme de playlists à thèmes des morceaux laissés sous licence Creative Commons par leurs compositeurs.

  • Bass Rebels : Toute la musique de Bass Rebels est sans danger pour YouTube et Twitch, vous ne recevrez donc pas de réclamation pour atteinte aux droits d’auteur ou d’avertissement en utilisant leur musique electro.
  • La Musique Libre : The Music Free est une chaîne YouTube française avec uniquement des sons sans droit d’auteur. Toutes les chansons sont Creative Commons ou avec des licences.
  • Royalty Free Music : RFM (à ne pas confondre avec la radio) fournit la meilleure musique sans copyright. Ce qui veut dire que vous pouvez même monétiser vos contenus en utilisant ces extraits. Assurez-vous simplement de donner du crédit aux artistes.
  • Music for creators : Chaîne pour télécharger des musiques pop et folk gratuitement. Parfait pour tous vos projets de voyage.
  • Vous en connaissez d’autres ? Partagez-les dans les commentaires ! Et si vous êtes musiciens, venez partager vos projets et trouver des plans concerts sur Linkaband !

    4.75/5 - 2 votes
    @ Linkaband
    Bryan Kulka

    Journaliste international constamment en quête d'évasion. Après avoir exploré l'Amérique Latine et l'Asie, il atterrit aujourd'hui sur la planète Linkaband pour une nouvelle aventure musicale.

    Lundi 21 février 2022

    Dernière modification : Lundi 21 février 2022

    COOKIES.TITLE1COOKIES.TITLE2

    COOKIES.P

    COOKIES.INFO
    COOKIES.REFUSECOOKIES.CHOOSECOOKIES.ACCEPT