Musique live : La France, pays du festival | Linkaband

Les autres articles :

Musique en ligne : tremblement de terre dans l’industrie

Musician Tips

4 idées pour remplir le bar-restaurant de votre hôtel

Organisateur Tips

Du marketing musical pour votre établissement

Organisateur Tips

La musique live même sur internet

Organisateur Tips

Le digital au service des restaurateurs ...

Organisateur Tips
Tous les articles
Jeremy

Jeremy

Après une prépa en droit et en économie, Jeremy a rejoint la team Linkaband pour un passage éclair. Musicien et amateur de vieux livres poussiéreux, il aime faire des gaffes dans l’open space entre deux articles.

Vendredi 24 août 2018

Musique live : la France, pays du festival

Organisateur TipsMusician TipsDj Tips
Festival, effet pyrotechnique sur scène

Dans une étude parue en avril 2014, la SACEM, l’Irma et le CNV ont recensé 1972 festivals dédiés au spectacle vivant en France. Avec 84% de ces festivals consacrés à la musique (classique et actuelle), et le reste de festivals “pluridisciplinaires” incluant potentiellement de la musique, il n’est pas exagéré de qualifier de considérable la place qu’occupe aujourd’hui la musique live dans le paysage culturel français. Cela est d’autant plus vrai que l’économie festivalière tient une place à part dans le secteur du spectacle vivant, lequel se positionne lui-même comme la troisième industrie culturelle de France (en terme d’emplois).

Situés à 90% en province, ces festivals constituent de véritables poumons des économies locales et irriguent les tissus territoriaux en dépit de leur caractère éphémère. L’offre de festivals musicaux est aussi diversifiée que spécialisée. Si de grosses franchises, telles que le festival Lolapalooza venu s’installer à Paris il y a quelques années, choisissent la France, c’est pour une bonne raison ! Les français sont particulièrement friands de représentations culturelles et a fortiori de musique live – les chiffres du ministère de la Culture faisant état d’une progression de la part des dépenses des ménages consacrés au spectacle.

Les patrons de grands festivals insistent sur le rôle de ces derniers dans la mise en valeur des territoires et le dynamisme local qu’ils permettent d’insuffler.

Comme aime à le rappeler Jérôme Tréhorel, le directeur général du festival Les Vieilles Charrues : le pain utilisé pendant le festival est commandé auprès des boulanger de la commune. Et c’est loin d’être le seul exemple de l’ancrage local de ce festival bien français. C’est pour lui le “sens” et “l’esprit” du festival que de permettre au pays de Carhaix, dans lequel il a lieu depuis sa création, de se développer.

Avec des têtes d’affiche toujours plus prestigieuses (avec, par exemple, Muse pour l’édition 2015) et des idées rivalisant d’inventivité pour rendre le festival attractif années après années, il n’est pas étonnant que le festival ait fait parler de lui à l’international et qu’on vienne de loin pour y assister. Ainsi se développe le tourisme culturel qui n’a eu de cesse de croître ces dernières années. L’authenticité mariée à l’exigence d’une qualité toujours renouvelée et d’une programmation éclectique sont le secret de cette french touch en matière de spectacle vivant qui séduit chaque année plus de 200 000 festivaliers.

La diversité des festivals et leur spécialisation est la raison même de leur succès.

Entre les festivals ultraspécialisés d’électro ou de house ainsi que le fameux Hellfest à Clisson en Loire-Atlantique rassemblant des fans de métal de la France entière, tout amateur de musique est susceptible trouver son bonheur en fonction de ses goûts et de la région qu’il souhaite visiter. Le festival Pete the Monkey à Saint-Aubin-sur-mer est l’exemple type du festival local et fréquenté par des habitués amateurs d’un line-up alternatif, composé d’artistes chevronnés mais connus seulement d’un cercle d’initiés.

C’est la diversité de l’offre de musique live qui fait probablement le succès de cette dernière, en plus de l’envie des festivaliers de vivre des expériences toujours plus englobantes, envoûtantes et dépaysantes.

Jeremy

Jeremy

Après une prépa en droit et en économie, Jeremy a rejoint la team Linkaband pour un passage éclair. Musicien et amateur de vieux livres poussiéreux, il aime faire des gaffes dans l’open space entre deux articles.

ALT.BLOG-HOME.ALT391
La musique live même sur internet
Jeremy

Jeremy

NaN
Le digital au service des restaurateurs ...
Luka

Luka

Pas de commentaire